fbpx

Après des mois à travailler dessus en coulisses, je vous révèle ma nouvelle page de vente, concernant mes accompagnements à la publication, ainsi que les raisons derrière sa création. 

Sur fond bleu étoilé, on peut lire le titre "J'ai une page de vente pour mes accompagnements" suivi du sous-titre "Pourquoi j'ai mis un an avant de la finaliser et pourquoi elle était devenue nécessaire...". Photo de Nathalie Bagadey les bras écartés et mention "Article de blog" en dessous.

Pourquoi j’ai mis un an (littéralement) à publier ma page de vente

Je pensais ne pas en avoir besoin

Il y a un an, j’opérais une reconversion gagnante.

Je passais d’une activité de conférencière (“inactivité” serait un terme plus juste car pas facile de débuter une carrière de conférencière en plein confinement 😅) à celle d’accompagnatrice à la publication. Et j’ai eu de la chance puisque, depuis que j’ai lancé cette activité, je n’ai jamais manqué de clients (je n’aime pas ce mot, je lui préfère celui d'”accompagné·e”, mais à un moment il faut aussi appeler un chat un chat, notamment vis-à-vis du SEO 😉).

J’ai enchaîné les accompagnements : Abdel, François, Virginie et Juliette m’ont successivement fait confiance, certains pour plusieurs livres. Si bien que je n’ai pas eu besoin de prospecter ou de parler de mes services. Or, c’était une erreur.

Car lorsque les premiers accompagnements se sont terminés, avec la publication des livres concernés, je n’avais pas suffisamment anticipé en amont et j’ai un peu ramé pour faire la soudure, financièrement parlant, avant que les autres accompagnements débutent. D’autant que, comme je n’accompagne que des livres dont la rédaction est terminée ou en passe de l’être, il s’écoule parfois un temps assez long entre mes premiers contacts avec leurs auteurs et l’achèvement du manuscrit. ⌛📅

J’ai fait plusieurs actions pour remédier à ces temps de latence, des actions qui, je dois dire, ont bien fonctionné pour moi et qui ont essentiellement eu lieu sur LinkedIn :

  • J’ai mis à jour mon profil et publié quelques posts et articles pour présenter mon activité ;
    Capture d'écran du profil de Nathalie Bagadey sur LinkedIn : sur fond rose, la mention "Dans 4 mois, vous pourriez tenir votre livre entre vos mains", avec une photo de l'autrice tenant son livre, le nombre d'abonnés (supérieur à 1 k) et la mention "Autrice et accompagnatrice à la publication"
  • J’ai commenté des posts sur ce sujet,
  • J’ai contacté (et j’ai surtout été contactée par) des personnes potentiellement intéressées par mes services
  • J’ai sollicité et obtenu des recommandations…

Bref, j’ai semé de bonnes graines pour la suite et j’étais assez contente de moi. D’autant que le bouche-à-oreille fonctionnait plutôt bien, ce qui est bon signe.

Mais j’ai réalisé que cela n’était pas suffisant (on voit pourquoi un peu plus loin) et j’ai vite compris qu’il faudrait que je passe par l’étape “page de vente”.

Pourtant, plusieurs choses me bloquaient encore.

Je ne voulais pas passer pour une “marchande de tapis”

Nous avons tous vu passer ces pages de vente accrocheuses, où les phrases convenues s’enchaînent et où l’on ressent plus de pression que l’envie d’acheter.

Je n’avais pas envie de ça. Cela m’insupporte, même.

J’ai énormément progressé sur l’aspect “vente” de mes services depuis 2019. Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir atteint l’ikigai parfait avec mon activité.

L’ikigai est un terme japonais que l’on peut traduire par “raison d’être”/”joie de vivre” et qui est souvent représenté par ce schéma.

Figure représentant 4 cercles se croisant, avec comme zone commune au centre, le mot "ikigai".

@Nimbosa d’après des œuvres du domaine public – Wikipedia

Pourquoi je dis que j’ai le sentiment de me réaliser pleinement, selon cette idée de l’ikigai ?

🤩 J’adore chacun de mes accompagnements : solutionner les problèmes de mes accompagnés, les guider dans une publication qui respecte les conventions éditoriales tout en les laissant maîtres du processus, voir la différence que la naissance de leur livre fait dans leur vie, oui, je peux dire que j’aime mon travail à 100 % (bon, allez, je peux dire que la partie que j’aime le moins c’est la rédaction des comptes-rendus, car je passe trop de temps dessus, mais je sais qu’ils sont particulièrement appréciés, alors…)

🤩 Je suis dans ma “zone de génie” : tout me paraît simple. Même si je prépare les séances en amont, je dois souvent réagir “au débotté” en fonction des problèmes et questions de mes accompagnés et j’ai toujours une solution, puisque la réponse est soit dans ma tête, soit dans mon ordinateur. La compétence dans un domaine, ça ne s’improvise pas et j’ai vite réalisé que ce qui paraît compliqué à mes interlocuteurs ne l’était pas pour moi.

🤩 Je suis rémunérée pour mon talent. Des personnes ont besoin de mes services et sont prêtes à me payer une somme cohérente avec le temps et l’expertise que je mets à leur disposition. C’est rassurant de pouvoir compter sur ces revenus et c’est très valorisant aussi.

🤩 Je réalise pleinement ma mission de vie, qui est de réenchanter le monde, car je n’accompagne que des livres inspirants, uniques, révolutionnaires, aidants, bienveillants… Je connais la force d’un livre sur ses lecteurs et je n’apporte mon aide qu’à ce type d’ouvrages.

Bref, j’avais surtout envie d’expliquer ma démarche, plus que de rédiger une page “marketing”. Et donc, chaque fois que je devais m’y mettre, j’avais une sorte de blocage, qui s’ajoutait au fait que je ne savais pas par quel bout la prendre, cette page.

 

Je ne savais pas comment structurer ma page de vente

Comme toujours lorsque je dois me lancer dans quelque chose que je ne maîtrise pas, j’ai commencé par une phase de recherches.

Je me suis donc auto-formée sur le sujet, via des articles, des vidéos et j’ai ainsi compilé des pages et des pages de conseils pratiques.

Mais vous savez ce que c’est : lorsque vous allez chercher l’information sur le net, vous avez tendance à vous éparpiller. Au final, mes recherches s’avéraient contre-productives, puisque :

  • Les conseils se contredisaient souvent ;
  • Je trouvais les parties “nécessaires” beaucoup trop formatées/aguicheuses/agressives ;
  • Le tout formait une espèce de gloubi-boulga indigeste qui me donnait encore moins envie de m’y mettre.
Nathalie Bagadey assise sur une chaise, en train de regarder en face d'un air perplexe. Photo Noir et Blanc.

“Pfff”

Et pourtant, je savais qu’il me fallait rédiger cette page, j’en avais bien pris conscience.

 

Pourquoi il me fallait une page de vente

Mon activité d’accompagnement à la publication n’avait pas de vitrine

Mes services d’accompagnatrice étaient, en effet, uniquement visibles sur LinkedIn et pas sur mon propre site. 🤦‍♀️

Alors qu’on sait qu’un site, c’est notre VITRINE. Lorsque vous passez devant un commerce que vous ne connaissez pas, c’est souvent le contenu de ce qui est dans la vitrine qui vous donne envie de pousser la porte de la boutique.

Moi, j’avais beaucoup de visites, notamment liées à mon activité d’autrice, mais aucune de ces visites n’aboutissait à la prise d’un accompagnement. Et pour cause, rien sur mon site n’évoquait cette partie de mon activité.

Les accompagnés potentiels qui me découvraient sur LinkedIn et voulaient en savoir plus sur moi et sur la manière dont je pouvais les aider atterrissaient sur un site… où je leur proposais d’acheter mes livres. 🤦‍♀️

Gif réalisé sur le site de Tenor montrant un homme se passant la main sur le visage avec comme texte "Mais ça n'a rien à voir"

Rien à voir, donc, avec leurs besoins…

 

Je n’étais pas référencée

Le fait de ne pas avoir de page sur mon site dédiée à mon accompagnement à la publication signifiait que je n’existais pas.

Enfin, en termes de référencement internet, bien sûr.

À l’heure où j’écris ces lignes, si je tape “accompagnement à la publication” sur Google, il y a quelques résultats cohérents seulement (vu que nous sommes encore peu nombreux à proposer ce service), des résultats… où je n’apparais pas du tout. 😱

J’espère de tout cœur que si vous tombez sur ces mots d’ici quelque temps et avez la curiosité d’aller voir ce qu’il en est, j’apparaîtrai bien dans cette recherche, puisque désormais, j’aurai à mon actif non seulement une page mais aussi cet article sur le sujet ! 😉

Capture d'écran d'une page indiquant "Aucun résultat"

Ma page de vente

Comment j’ai fait pour la rédiger

Je vous disais plus haut à quel point j’avais eu du mal à faire du sens de toutes les informations récoltées sur le net.

Heureusement, ensuite, j’ai trouvé LE site qui m’a le plus aidée en me faisant comprendre le sens et l’intérêt de chacune des parties structurant ma page et surtout en me donnant envie d’adapter les conseils à ma personnalité.

Alors merci à Danilo Duchesnes pour son super travail dans cet article : “Comment écrire une page de vente qui convertit en 7 étapes“.

En médaillon, photo de Danilo Duchesnes et titre de son article "Comment écrire une page de vente qui convertit en 7 étapes"

Mais avant de vous en dévoiler l’ossature interne, il faut peut-être que je vous montre le résultat final, non ?

Elle est ici !

En effet, depuis le temps que je vous dis que j’ai finalisé ma page de vente sur mon accompagnement à la publication, il serait peut-être temps que vous la découvriez… 😉

Avant que vous ne fonciez la voir, toutefois, j’ai une requête : pourrez-vous me dire ce qui vous a plu et ce qui vous a moins convaincu·e sur celle-ci ? Pour que je sache ce qui fonctionne et ce qui marche moins bien.

Merci d’avance pour vos commentaires ou messages privés ! 🙏 Je tiens d’ailleurs à adresser un IMMENSE MERCI à Cindy Costes pour son regard acéré et bienveillant en avant-première ! Cindy, tes remarques m’ont été hyper précieuses, comme toujours ! 🥰

Et je complète la liste des remerciements par ceux adressés à Aemarielle : sans notre Mastermind mensuel, je n’en serais jamais venue à bout, de cette page !! 😅

Pour voir la page, cliquez sur ce lien ou sur l’image ci-dessous.

Capture d'écran de la première image sur la page de vente, représentant Nathalie Bagadey tenant son 5 ème livre publié, avec un filtre rose et la mention "Dans 4 mois, vous pourriez tenir VOTRE livre entre vos mains..."

 

Avez-vous, vous aussi, des services à vendre ? Corrections/Bêta-lectures/Mise en forme/graphisme ? Et si oui, avez-vous une page de vente ? Est-ce qu’elle vous correspond ? Est-ce qu’elle convertit ? Et si non, est-ce que mon article vous a donné envie de (re)faire la vôtre ? 

Dites-moi tout !