fbpx
Retour sur le premier évènement auquel les fans de l’imaginaire ont pu assister en 6 mois : les Aventuriales de Ménétrol 2020. Gratitude.
Affiche des Aventuriales

Six mois de solitude

Fin février, j’assistais au Festival Yggdrasil en tant que marraine du Village littéraire. Un évènement incroyable, des décors extraordinaires, des dédicaces à foison… et une foule immense. Aujourd’hui, cela paraît surréaliste mais à l’époque c’était juste un merveilleux week-end que nous avions partagé, visiteurs et exposants… ♥
Puis, à peine 15 jours plus tard, c’est le confinement. Un vrai choc, une décision tout bonnement historique dans l’histoire de l’humanité : le monde entier à l’arrêt…
Un choc que nous avons tous relativisé : « cela ne va pas durer », « c’est juste l’affaire d’un mois ou deux », « on va bien trouver un moyen de mettre fin à la pandémie » etc, etc, etc…
Et, effectivement, le 11 mai 2020, la vie a repris. Enfin, plus précisément, le travail a repris. Oui, car même si le covid est toujours là, on doit bien gagner sa vie. Donc, retour au travail pour la majorité des Français.
En ce qui concerne les loisirs, par contre, c’est autre chose…
Et donc, pendant des mois après le déconfinement, rien. Rien ne se passe : les évènements s’annulent les uns après les autres, le « protocole sanitaire » étant un vrai casse-tête, ou plutôt un obstacle à leur tenue.
Heureusement, l’équipe des Aventuriales ne s’est pas découragée. Et pourtant vu la fatigue qui creusait leurs traits à la veille de l’évènement, ils ont eu fort à faire pour venir à bout de tous les obstacles qui se sont mis sur leur route. J’ai du mal à imaginer le nombre d’heures qu’ils ont consacrées, chacun, à la préparation de l’évènement, ne serait-ce que pour avoir les autorisations nécessaires. ♥
Mais ils l’ont FAIT et surtout ils l’ont RÉUSSI, ce pari !
Ils nous ont permis de vivre des moments juste magiques, en toute sécurité. Cela fait une semaine que le Salon s’est achevé et, à ma connaissance, il n’y a pas eu de personnes malades depuis. En tout cas, je peux vous dire que tout était fait pour assurer une protection maximum à toutes les personnes présentes.
Alors, oui, on a dû porter des masques pendant toute la durée du Festival : pendant l’installation, pendant le Salon, pendant le démontage. Oui, ça étouffait un peu notre voix, oui, on a eu plus vite mal à la tête, oui, le sens de circulation était parfois contraignant, nous obligeant à un détour quand nous n’étions qu’à quelques mètres de la personne que nous souhaitions aller voir.
Mais qu’est-ce que cela nous a fait du BIEN d’échanger à nouveau entre auteurs et avec les lecteurs !!!
En me rendant aux Aventuriales, pendant celles-ci et à l’heure où j’écris ces lignes, c’est le même sentiment qui m’envahit tout entière : la gratitude d’avoir vécu ces moments-là, une gratitude d’autant plus forte que je viens d’apprendre que le festival Gresimaginaire, où je me faisais une joie de me rendre dans 15 jours, vient, à son tour, d’être annulé. On en reparle en 3ème partie, mais avant, place aux images de bonheur pur !

Ces interactions qui nous nourrissent

Voici les photos souvenirs de ce fabuleux week-end à Ménétrol, près de Clermont-Ferrand (en Terre du Milieu, ;)). Je pense les sourires sont bien visibles derrière les masques.
Et les moments d’émotion, aussi… ♥♥♥

Avec Loïc et son pote, tous les deux bien dépités de ne pas voir le tome 3 de Citara sur le stand, mais Loïc n’avait pas encore le tome 2, alors il n’est pas reparti les mains vides !

Avec ma chère copine Dirga, toujours aussi douce, qui voulait un exemplaire de « Et si vous réenchantiez votre vie ?« , j’espère qu’il lui donnera encore d’autres pistes à explorer !

Ah, avec Angèle, c’est une belle histoire de fidélité et de complicité ! Elle a pris le dernier livre qu’elle n’avait pas encore lu, « Villes de légende« .

Encore une fidèle lectrice, Caroline, venue chercher le tome 2 de « Une autre vie à Citara »

 

Avec Audrey, qui avait adoré « Villes de légende » (elle en a fait une très belle chronique sur son blog, « La tasse ébréchée ») et est venue prendre « Et si vous réenchantiez votre vie ?« 

Je n’ai malheureusement pas pensé à prendre de photo avec Aurore, de « Au loup Éditions », pourtant une copine que je retrouve avec plaisir à chaque Salon, mais qui m’a passé commande d’un « Villes de légende » et d’un tote-bag Schnippy via sa maman, car de son côté, elle était fort occupée avec tous les acheteurs sur son stand ! Ce qui est comble, c’est qu’on partageait le même îlot et qu’on n’a quand même pas réussi à se prendre en photo ensemble !

Avec Pauline, nouvelle lectrice, qui va découvrir l’univers d' »Une autre vie à Citara« …

Ici, c’est Jeanne, elle aussi une nouvelle lectrice, intriguée par « Son bateau ivre« , notre bel ouvrage collectif.

Là, je suis avec ma chère Louise, une fidèle de chez les fidèles, qui va découvrir « Éclosia ou l’Écosse des légendes« . ♥ Je crains que ce ne soit un peu court pour cette dévoreuse de livres ! 😀

 

Là, je suis avec Vanessa, elle aussi fidèle lectrice, qui est repartie avec « Et si vous réenchantiez votre vie ?« et « Éclosia ou l’Écosse des légendes« … Et vous savez quoi ? En quelques jours, suite à nos échanges et à ses actes, elle a réenchanté sa vie professionnelle, je suis ravie pour elle ! ♥

Voici Mamidou, qui a pris « Petit-Pierre et la gargouille » pour ses petits-enfants, Amy, Liu, Marion et Delphine.

C’est le début du deuxième jour et je pense à prendre une photo de moi sur mon stand, chose que je n’avais pas encore faite…

Cathy, l’une des formidables bénévoles du Salon, va découvrir mon livre chouchou, « Une autre vie à Citara« .

Gros, gros, gros moment d’émotion en ayant la visite de Lilian à mon stand, celui à qui j’ai dédié la nouvelle « Un Capitaine » dans notre anthologie « Son bateau ivre« .

 

Photo avec Elyka, nouvelle lectrice, qui va découvrir « Kassandra et la Grèce des légendes« . 🙂

 

 

De chouettes retrouvailles avec la pétillante et joyeuse Naïri, qui va cette fois lire « Villes de légende » et « Et si vous réenchantiez votre vie ? »

 

Et c’est le retour d’Audrey, avec une nouvelle tenue, aussi jolie que celle de la veille. Elle vient reprendre un « Et si vous réenchantiez votre vie ? » pour l’offrir à une amie. ♥

 

Ah, ces miss, je commence à bien les connaître maintenant et je peux vous dire que je me suis bien fait enguirlander pour ne pas avoir le tome 3 d’ « Une autre vie à Citara » sur le stand ! 😀 Heureusement, Christine ne m’en a pas trop voulu et a même pris « Et si vous réenchantiez votre vie ? » pour me découvrir dans un autre registre…

 

Là, je suis avec Maëllia, une autre bénévole (admirez au passage son masque au logo du Festival, offert et cousu par Anna Combelle et sa fille à tous les bénévoles !) qui m’a fait dédicacer, ainsi qu’aux 4 autres auteurs présents un exemplaire de « Son bateau ivre« . ♥

 

J’ai tout de suite reconnu le regard malicieux de Sidonie, elle aussi fidèle lectrice, qui a pris « Éclosia ou l’Écosse des légendes » et « Et si vous réenchantiez votre vie ? » pour compléter sa collection.

 

Bon, ok, là on ne voit qu’un œil de moi, mais l’important c’est l’adorable bouille de Rémi, qui a voulu absolument repartir avec son exemplaire de « Petit-Pierre et la gargouille«  ! ♥

 

Et l’honneur de la dernière dédicace du Salon revient à Marie-Annick, qui, elle aussi, repart avec un exemplaire dédicacé du tome 1 d' »Une autre vie à Citara« .

Côté achats, j’avais déjà marqué 6 livres sur ma liste avant même que le Salon ne commence :
  • le tome 3 de « Forestelle », d’Aline Maurice, parce que j’ai vraiment hâte de retourner à Forestelle et de découvrir la fin de l’histoire.
  • le nouveau « Chupacabra » de Sébastien Tissandier, parce que c’est Sébastien, Chupacabra et que la couverture est juste magnifique avec son vernis sélectif…
  • le nouveau livre de Luce Basseterre : « Le chant des Fenjicks », parce que j’aime cet univers riche et ses personnages attachants.
  • le tome 2 des « Larmes de Sang » de Khalysta Farral, parce que je veux savoir le fin mot de l’histoire.
  • le premier roman de Dominique Lemuri, « Sous le soleil d’Helios », parce que tout m’a plu dans ce livre : le pitch, la couv, les petits goodies préparés avec amour par Dominique et puis parce que j’adore l’autrice.
  • et la réédition – en intégrale – de « Pearly Gate » de Nicolas Pagès parce que je me rappelle avoir énormément apprécié ma lecture du tome 1 et qu’enfin la suite (et fin) est là.

J’avais aussi prévu de récupérer mon exemplaire du tome 2 des « Fleurs d’opale », de Ielenna, que j’avais oublié à Yggdrasil, ce qui fut chose faite, avec une adorable dédicace, comme d’habitude, de ma copine. ♥

J’ai en outre craqué pour deux autres livres :

  • « Les Arpenteurs » d’Anna Combelles, parce que j’avais suivi son challenge lorsqu’elle l’écrivait, sur le forum de CoCyclics ;
  • « Ceux qui vivent du sang versé », de Crazy, parce que la couv est juste trop belle et que je suis curieuse de découvrir sa plume…

Les livres achetés au Salon 1/2 Les livres achetés au Salon 2/2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Je ne peux pas terminer ce récit sans vous montrer les deux vidéos suivantes, celles de la standing ovation offerte aux organisateurs et bénévoles (deux vidéos car j’ai commencé à filmer en mode selfie et qu’il a fallu que j’arrête la vidéo pour changer la prise de vue) :

 

Voilà, deux jours merveilleux, deux jours ressourçants, où public et exposants ont, enfin, pu « respirer » en partageant à nouveau leur passion commune autour des livres… ♥♥♥

Et pourtant, dans mon agenda, les annulations continuent à s’enchaîner… 😭

Un exemple à suivre et un appel à l’aide

Si vous me suivez depuis plusieurs années, vous me connaissez : je prends, forcément, le virus très au sérieux. J’ai dans mon cercle familial une personne extrêmement à risque et nous respectons les gestes barrières plutôt deux fois qu’une. Le port du masque est un incontournable dès que nous quittons la maison et nous avons tous des gels antibactériens dans nos affaires.
Je ne suis pas du tout de ceux qui crient au complot ou qui exhortent le monde à « relativiser » par rapport aux autres causes de décès dans le monde. On m’a récemment renvoyé une image où on comparait les morts du covid avec ceux du tabac, du cancer, ou encore des accidents de la route… alors qu’aucune de ces causes n’est contagieuse, big différence en ce qui me concerne…
Inversement, je ne suis pas paranoïaque non plus : je me suis informée sur le sujet, j’ai pris les mesures nécessaires et je les applique pour me protéger et protéger les autres. Bien sûr que je préférais notre vie d’avant, mais je fais en sorte de vivre cette situation du mieux possible.
C’est pour cela que je ne peux pas comprendre que l’on puisse continuer à se rendre à son travail, dans des transports bondés, avec des risques élevés de contamination quand, dans le même temps, on ne peut pas accéder à une salle de spectacle où la distanciation physique est respectée. Je ne peux pas admettre que la culture, que les loisirs ne soient pas aussi nécessaires que le travail. Et quid du travail, justement, des professions de l’ #evenementiel ?
Voici deux posts publiés sur les réseaux sociaux la même semaine, voire le même jour que les Aventuriales, qui soulignent cette « économie à deux vitesses » : le tweet de Tacou Glacé, paru le 23 septembre et le post de Michael Aguilar, le 26 septembre (retrouvez le message d’origine en cliquant sur l’image).
Tweet "N'empêche qu'un virus qui ne te vise qu'en-dehors de tes heures de taf, que dans les lieux où tu t'amuses, que dans les endroits où tu peux échanger avec les autres, bah ça ressemble quand même beaucoup à un virus évadé d'un labo du Medef"

Sans aller jusqu’à dire que c’est un complot, je salue l’ironie sous-jacente qui montre bien le côté « partisan » des interdictions et fermetures qui ne concernent que les « loisirs ».

Post de Michael Aguilar montrant une foule compacte dans les transports

Ce que je retiens de ce post – qui, à la base est une vidéo filmée, si je comprends bien, par Michael lui-même – c’est vraiment cette absurdité de situation : nous étions bien plus en sécurité à cet instant précis dans notre festival où la distanciation physique était possible et respectée que les usagers présents dans le RER…

C’est à comparer avec les visages heureux vus plus haut, avec les allées respectant la distanciation physique des visiteurs et des exposants :
Pour permettre aux Aventuriales d’avoir lieu, l’équipe avait mis au point toute une série de mesures. Je n’en ai noté, je suis sûre qu’une infime partie mais voici ce qu’il est POSSIBLE de mettre en place pour permettre à un évènement de se dérouler en assurant la sécurité de tous :
  • Distribution de jetons plastiques de différentes couleurs à l’entrée. À la sortie, ces jetons étaient déposés dans des boîtes emplies de solution bactéricide. Cela permettait de savoir combien de personnes étaient présentes à la fois dans la salle (système de jauge) et de nettoyer facilement les jetons avant leur remise en circulation.
  • Un sens de circulation principal avec des « voies de sorties » en parallèle indiquées par des flèches au sol : les personnes suivaient un chemin qui serpentait entre les stands et permettaient aux visiteurs de passer devant tous sans se croiser.
  • Port du masque pour tous en permanence dans la salle.
  • Dans les toilettes, le couvercle de la poubelle était scotché en position ouverte et le sèche-mains automatique barré d’une croix et remplacé par des rouleaux de papier.
  • Il y avait des distributeurs de gel hydroalcoolique facilement accessibles.
  • Des consignes très claires avaient été envoyées aux exposants en amont. De mon côté, je nettoyais l’appareil à carte bleue entre chaque acheteur.
Il y a deux cas notables qui ont essayé de contourner ces règles mais les personnes concernées ont été immédiatement gérées par l’équipe d’organisateurs et de bénévoles présents sur place.
Alors, svp, si vous êtes en relation avec des préfectures qui annulent les évènements sans prendre la peine d’écouter les arguments des professionnels qui ont tout organisé pour répondre aux normes sanitaires, si vous aussi vous trouvez qu’il y a des mesures à prendre pour permettre à tout le monde de travailler, y compris dans l’évènementiel, merci de relayer cet article pour montrer que, oui, c’est POSSIBLE de continuer à se voir, à s’amuser, à vivre, en toute sécurité et en étant responsable. 
Pour ma part, j’ai rejoint un collectif qui œuvre dans ce sens, les Freelances de l’événementiel, et j’ai bien l’intention de les épauler dans cette tâche.
Merci, d’avance, de votre soutien ! #laisseznoustravailler
Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Prenez soin de vous et des autres ! ♥
%d blogueurs aiment cette page :