fbpx

Mon questionnement actuel et l’action que j’ai entreprise pour donner plus de visibilité aux femmes amenées à prendre la parole en public. #shesonstage

La place de la femme en 2020 dans le monde de la conférence

« Où sont les femmes ? », chantait Patrick Juvet en 1977.
Nous sommes en 2020 et cette interrogation me semble toujours d’actualité.

Jusque-là, j’étais enseignante et autrice, deux activités où les femmes sont sinon majoritaires, du moins très nombreuses, et je ne me posais pas la question de notre représentativité.

Mais depuis presque deux ans, j’ai découvert le monde de la conférence. Et j’ai réalisé très vite l’absence des femmes dans ce secteur. Cela allait de la slide où les figurants étaient uniquement des hommes et où s’affichait la phrase « N’est-ce pas, les gars ? », aux manifestations où il y avait très peu de femmes présentes au programme. Idem pendant le confinement, où de nombreux évènements auxquels j’ai assistés présentaient un panel majoritairement — sinon exclusivement — masculin.

Unstoppable Live Summit

Alors que j’allais publier cet article, que vois-je débouler sur les réseaux ? Cette affiche pour un sommet où la promesse est de vous rendre, entre autres, visible (« get seen »). Sauf si vous êtes une femme, apparemment… 😤

C’était d’autant plus étonnant qu’en revanche, dans la salle ou parmi les inscrits aux webinaires, les femmes étaient nombreuses, voire majoritaires. Alors, certes, lorsque je veux me former sur un domaine, je regarde avant tout l’expertise de l’intervenant et non son sexe. Mais tout de même, lorsqu’une même thématique est traitée par plusieurs intervenants, j’aime que parmi ceux-ci figure également au moins une femme, pour avoir le sentiment d’être représentée et entendre le point de vue de quelqu’un qui me ressemble.

Je ne suis pas du genre à me plaindre des situations que je trouve injustes. J’essaie toujours de voir ce que je peux faire, à mon niveau, pour y remédier. J’ai donc discuté de ce problème avec des hommes influents de mon entourage professionnel, qui m’avaient montré à plusieurs reprises qu’ils avaient une attitude progressiste en la matière. Tous m’ont écoutée avec bienveillance et intérêt. Certains ont même revu leur programmation à la lumière de mes réflexions et je leur en suis reconnaissante. Mais tous m’ont fait la même remarque : « Mettre plus de femmes à l’affiche ? Oui mais… il n’y en a pas ! »

Or, il se trouve que moi, j’en connais plein, de ces femmes talentueuses, qui allient un champ d’expertise ET la maîtrise de la parole en public… Grâce à mes rencontres, à mes expériences, j’ai découvert qu’elles étaient bien plus nombreuses qu’on ne le pensait. Mais qu’on ne les voyait pas, ou qu’elles n’étaient pas considérées à leur juste valeur.

 

« She’s On Stage » : une émission pour mettre mes consœurs à l’honneur

Affiche "She's On Stage!"

J’ai donc eu l’idée de créer un programme intitulé « She’s On Stage », où je mettrais à l’honneur l’une de mes consœurs, experte de la prise de parole en public, dans une émission à la fois dynamique, interactive et originale.

Pour cela, j’ai conçu un live hebdomadaire, tous les lundis à 20h à partir du 1 juin. Un live est plus dynamique qu’une émission préenregistrée et permet de réels échanges avec les spectateurs. Nous sommes dans une démarche communicative qui est très proche de ce que nous vivons sur scène. Le format en ligne nous permet par ailleurs d’intégrer des outils digitaux attractifs (bandeaux déroulants, affichage des commentaires les plus riches, nuages de mots…)

Pendant les 8 semaines du confinement, j’ai animé un live quotidien, le « Six o’clock Happy News« , qui m’a permis non seulement de maîtriser la technique nécessaire, mais m’a surtout démontré la richesse et la force de ces moments d’échange. Je remercie d’ailleurs de tout cœur Laurent Combaz pour l’émouvant cadeau qu’il nous a fait lors du dernier live, avec sa chanson spécialement conçue pour l’occasion, qui nous en laisse un merveilleux souvenir. ♥

 

Ce que j’espère réaliser, avec « She’s On Stage! » ?

Ce que je souhaite, avec cette émission, c’est :

  • permettre aux organisateurs d’évènements de recruter, en toute connaissance de cause, plus de femmes dans leurs prochains évènements ;
  • donner à mes consœurs, le temps d’une émission, la possibilité de montrer leur expertise, tout en passant un moment chaleureux avec le public du live ;
  • fournir aux spectateurs des lives un vrai moment de divertissement, en découvrant de nouvelles thématiques et des personnalités attachantes ;
  • donner envie à d’autres femmes de prendre la parole.

J’espère que vous serez nombreux à assister au rendez-vous, que ce soit sur YouTube (abonnez-vous à ma chaîne !) ou sur Facbook, et que vous échangerez avec mes invitées et moi-même ! Si vous ne pouvez pas être présent·e mais soutenez cette initiative, je vous remercie d’avance de la partager, avec un commentaire personnel (ça fait des merveilles, quand un simple partage passe souvent inaperçu) sans oublier d’inclure le hashtag correspondant : #shesonstage.

J’ai écrit cet article pour partager cette nouvelle avec vous et recueillir vos commentaires mais j’ai aussi créé une page dédiée à l’émission, qui sera facilement accessible puisque visible du menu de l’en-tête. Je l’ai baptisée de l’acronyme-clin d’œil à l’émission : SOS. 😉

Bandeau site Nathalie Bagadey

Vous y trouverez une vidéo de présentation, le concept de « She’s On Stage », la liste des rubriques et la liste des premières invitées. Allez la consulter !

Voilà, j’ai hâte de savoir ce que vous pensez de mon nouveau projet ! À bientôt, via vos commentaires !

 

%d blogueurs aiment cette page :