Un outil très tendance : le Bullet Journal

Cela fait plusieurs articles que j’y fais allusion sans vous en parler plus en détail, il était bien temps de lui dédier un article…

Tadam !!! Je vous présente mon Bullet Journal.

Bullet journal - l'extérieur

Mon Bujo vu de l’extérieur, ainsi que le matériel indispensable qui va avec…

 

Oui, bon, là, les non-initiés se disent « OK, elle nous montre un cahier, waouh !  » (un brin sarcastiques, ces non-initiés, vous ne trouvez pas ?)

Mais c’est que ceci n’est pas n’importe quel cahier, les amis. C’est ma Bible.

J’ai commencé mon Bujo début octobre et depuis, je ne jure que par lui. « Bon, à la rigueur, si ça lui fait plaisir », vous dites-vous peut-être, « mais quel rapport avec l’écriture ? »

Eh bien, le rapport c’est que grâce à mon Bujo j’arrive à gérer mon actualité de dingue et d’y inclure des séances d’écriture… Et que si j’arrive à faire autant de choses ces derniers temps (envoyer mes newsletters, poster des articles, préparer mes bulletins et assister aux conseils de classe, sans oublier une vie personnelle riche en RV de toutes sortes en ce moment, tout en avançant sur l’écriture du tome 2 de Citara), c’est bien grâce à mon Bujo.

Alors je pense qu’il est temps de vous faire une petite visite guidée… 😉

 

Un Bujo, c’est quoi ?

Le mot est un dérivé affectif de « Bullet Journal », qu’on pourrait traduire par journal « à puces » (en faisant référence non pas aux horribles bestioles qui ont pris leurs aises sur nos animaux familiers mais aux listes de nos traitements de texte). L’idée de base (nous verrons que ça a un peu dévié depuis), c’est de garder dans un cahier qui nous suit partout et où l’on personnalise à son gré la liste des tâches à faire.

« Quelle différence avec un post-it où l’on écrit ses tâches de la semaine ou de la journée », me direz-vous ? Tout. Car ce post-it ou bout de papier, une fois vos tâches réalisées et barrées, vous le jetterez à la poubelle. Alors qu’avec mon Bujo, je vois certes ce qui me reste à faire, mais aussi et surtout, tout ce que j’ai accompli, et que ça, c’est bon pour le moral… 🙂

Avec une liste « jetable », on a toujours l’impression d’avoir des trucs à faire.

Avec mon Bujo, j’ai surtout le sentiment d’avoir réussi à faire une montagne de trucs, car il s’est bien garni en quelques mois…

En outre, c’est sûrement très enfantin de ma part (et de celle des millions d’utilisateurs du Bujo, hum hum hum) mais moi, colorier mes puces lorsque j’ai bien réalisé une tâche, ça me fait plaisir. À tel point que parfois, c’est la seule motivation pour réaliser mes corvées en temps et heure… :p

 

Le matériel de base du Bullet Journal

Vous pouvez utiliser ce que vous voulez pour faire un Bullet Journal : un vieux cahier, un Filofax, un superbe carnet en cuir…

Mais ce qui revient le plus souvent chez les « Bulleteurs » c’est le cahier Leuchtturm1917, parce qu’il a notamment la particularité d’avoir toutes les pages numérotées et que c’est assez pratique lorsque vous en cherchez une, puisque vous l’aurez recensée dans votre index. En outre, les pages sont agréables au toucher, il y a une pochette pour conserver des feuilles volantes au fond, deux signets, et un élastique pour fermer le tout. Il est décliné en de nombreuses couleurs et formats, et vous pouvez le trouver avec des lignes, des pages blanches, un quadrillage ou des pointillés.

En ce qui me concerne, j’ai pris le modèle A5, avec des pointillés. J’adoooooooooooooooore les pointillés, qui me permettent à la fois d’écrire bien droit, mais aussi de mesurer l’espace lorsque je veux faire des tableaux, sans être aussi directifs que des lignes prétracées…

Par contre, je ne vous cache pas que la numérotation des pages n’est finalement pas quelque chose d’indispensable pour moi car je me sers très peu de l’index au final, appréciant de tourner les pages pour y trouver ce que je cherche (et en général, je ne cherche pas très longtemps).

Ce qui est important c’est que les pages soient suffisamment épaisses pour qu’on ne voie pas à travers (c’est un peu léger, pour le Leuchtturm, je trouve) et qu’on ait plaisir à ouvrir son Bujo.

Il est également important de bien choisir ses stylos : c’est censé être un plaisir de tenir son Bullet Journal aussi il est conseillé de choisir des stylos d’une couleur que l’on aime beaucoup, qui ne bavent pas et qui ont un joli trait. En ce qui me concerne, j’ai trouvé des Pentel Touch qui sont super chouettes : j’ai l’impression de manier un pinceau lorsque je les utilise, c’est très agréable.

 

Du Bujo à la Déco

« Plaisir », « agréable », ces deux mots-clés utilisés précédemment pour qualifier le Bullet Journal soulignent bien l’aspect affectif de celui-ci. De plus en plus, il devient un objet que l’on aime décorer, agrémenter de dessins, d’autocollants… J’ai vu des Bujo ma-gni-fiques et je dois dire que ça a bien failli me décourager de commencer le mien.

Parce que si j’aime les jolies choses, je suis une bille en travaux manuels et en dessin. :/

Mais c’est en cela que le Bujo est très fort, c’est que ce sera le vôtre et que vous n’avez pas à suivre les diktats de qui que ce soit : l’important c’est 1) qu’il vous aide à manager votre temps et 2) que vous vous y sentiez bien dessus… Si cela passe par des dessins faits main, pas de soucis… En ce qui me concerne, la déco est minimaliste, et au pire, lorsque je veux mettre une illustration, je décalque ou j’utilise des pochoirs… Enfin… je vais utiliser des pochoirs puisque j’en ai commandé de super pour Noël… 😉

Pour voir à quoi ça ressemble, un beau Bujo, je vous renvoie sur le premier article sur le sujet du blog d’Aemarielle, qui non seulement vous fait découvrir le sien mais vous donne des liens vers des sites où vous saliverez sur les magnifiques réalisations de certaines (ça reste encore très féminin…) Sinon, il y a aussi le groupe Facebook où je suis qui donne de chouettes idées. 😉 Enfin, j’ai commencé à compiler sur un tableau Pinterest des astuces pour embellir mon Bujo comme celle-ci :

Bullet Journal - bannières

Bannières faciles à faire

 

Les pages essentielles du Bujo

Les « clés », comprenez la « légende » de vos symboles

Voici à quoi ressemble la presque toute première page de mon Bujo (la première, c’est l’index, mais je ne m’en sers plus) :

Bullet Journal - mes clés

Les clés de mon Bujo

 

Moi je préfère les puces « rondes », mais certains vont préférer des puces « carrées », ou encore d’autres symboles. L’important c’est que vous adoptiez des symboles qui vous correspondent, et que vous utilisez déjà. Au fur et à mesure de votre utilisation du Bujo, n’hésitez pas à affiner cette page. C’est ce que j’ai fait avec la 3ème puce : j’ai remarqué que j’aimais bien cocher une puce même si je n’avais pas complété l’action correspondante le jour prévu. Du coup je me suis rajouté un symbole pour indiquer « fait après coup, mais fait quand même ». Na ! 😉

 

Les « dailies » ou pages journalières

Pour moi, ce sont les pages les plus importantes. Certains préparent ces pages à l’avance, moi je ne le fais pas car il va y avoir des jours très remplis, où j’aurai besoin de la page entière et d’autres où je n’aurai pas grand-chose à indiquer… Bref, je préfère les faire au jour le jour, même si du coup, elles sont parfois intercalées avec d’autres pages, les hebdomadaires, les mensuelles ou les collections. Les collections, j’y reviendrai prochainement, mais grosso modo, ce sont des pages où l’on fait des listes thématiques (par exemple sa liste des courses « fixes », les anniversaires de ses proches, les cadeaux à faire à Noël…)

Bullet Journal - daily

Ma page du jour — Photo prise à 13h30, donc je n’avais pas fait grand-chose encore de ma journée. Depuis, j’ai tout colorié sauf 2 bullets… 😉

 

Les hebdomadaires

Pour moi, elles sont très utiles, même si beaucoup de tâches sont redondantes avec celles que l’on trouve dans les « dailies » car elles me permettent de voir la tendance de ma semaine en un coup d’œil. Ainsi, je sais que cette semaine est plutôt équilibrée, mais que j’ai plusieurs choses non planifiées un jour précis à caser dans les autres jours… (bon, c’est souvent le week-end que je fais les tâches marquées « sans date précise »)

Bullet Journal - page hebdomadaire

La page de cette semaine

 

Les mensuelles

J’aime aussi beaucoup voir mon mois à l’avance, même si c’est la page la moins souvent utilisée de mon Bujo. Mais, comme pour l’hebdomadaire, j’aime cette vison à un peu plus long terme… Surtout lorsqu’il y a des vacances prévues ! 😉 Je profite aussi de cette double page (je tiens mon Bujo à la verticale pour l’occasion) pour indiquer des tâches que je n’ai pas forcément attribuées à un jour précis mais qu’il faudrait que je fasse durant le mois.

Bullet Journal - page mensuelle

Ma page de décembre

 

Et voilà, vous savez déjà pas mal de choses sur la façon dont je gère mon temps. Et pour tous ceux qui découvrent le Bullet Journal, j’espère que ça vous aura donné envie de vous lancer. ♥

Dans un prochain article, je vous proposerai des idées de « collections » pour auteurs. Enfin… si ça vous intéresse ? 😉 (ceci est un appel déguisé à des commentaires nombreux et enthousiastes sur le sujet)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

22 Commentaires sur "Un outil très tendance : le Bullet Journal"

Je souhaite suivre ce fil de commentaires
avatar
Fichiers Photos et Images
 
 
Fichiers Audio et Vidéo
 
 
Autres types de fichiers
 
 
Trier par :   le plus récent d'abord | le plus ancien d'abord
wpDiscuz