Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Le pitch – deuxième partie : la pratique

 

Mea culpa, mea maxima culpa, je n’ai pas trouvé le temps de poster ici depuis lundi.Le pitch - deuxième partie : la pratique

J’ai eu une semaine absolument dingue (j’ai évoqué une journée « type » sur Facebook, n’hésitez pas à me demander en amie !) qui, heureusement, est ter-mi-née !

Et la prochaine s’annonce bien plus propice à l’écriture, ouf !

En attendant des nouvelles là-dessus, voici la fin de mon article sur le « pitch ».

illustration Huffington Post  

 Après avoir vu les « dessous » théoriques du pitch, voici donc aujourd’hui un petit « atelier pratique ».

N’hésitez pas à proposer vos propres « pitches » en commentaires. Je me suis aperçue pour ma part à quel point un pitch que je pouvais trouver super ne « passait » pas aux yeux des non-initiés à mon histoire. J’en parle plus bas.

1) Les différents styles de pitch.
Il existe plusieurs sortes de pitches, d’après Yves Lavandier :

  • le pitch « slogan » : il s’agit d’un résumé d’ambiance. Questions fermées sont un bon « hook »…Un exemple classique de pitch slogan, donné par Jérémie Lebrunet dans son article, que je vous recommande est le suivant, pour le film Alien : « Dans l’Espace, personne ne vous entend crier ».
  • le pitch dramatique qui crée du suspense quant à ce qui va arriver au protagoniste. Structure conseillée par Yves Lavandier : « Dans telle arène, à la suite de tel incident déclencheur, tel personnage se bat contre tels obstacles pour atteindre tel objectif ».
  • le pitch trajectoriel (progression du personnage) ou thématique. Formule d’Yves Lavandier : « Tel personnage avec tel trait de caractérisation apprend à acquérir le trait de caractérisation inverse ».

2) Ce qui doit figurer dans le pitch, son « ossature »

Pour un pitch plutôt dramatique, remplir les cases suivantes :

  • Protagoniste =
  • Incident déclencheur =
  • Objectif principal =
  • Objectif secondaire =
  • Obstacle =
  • Arène (lieu où se déroule l’action) =

Pour un pitch plutôt trajectoriel, ce sera les informations suivantes qu’il faudra donner :

  • Protagoniste =
  • Conflit =
  • Caractère du protagoniste =
  • Caractère à la fin ou qu’il doit acquérir =

S’il s’agit d’un pitch à destination des éditeurs, ne pas oublier que ce qu’ils recherchent avant tout c’est une histoire qui soit :

  • unique : sa manière de traiter un sujet, un thème est originale
  • destinée à un vaste public (rentabilité)
  • dans sa lignée éditoriale : inutile de proposer un livre de fantasy à un éditeur de SF…
  • dans l’air du temps : il est ancré dans son époque et correspond aux goûts du public, à ses préoccupations

A noter qu’un pitch réussi sera utilisé comme outil de promotion : sur l’affiche, dans la bande annonce du film, lors des interviews avec la presse…
3) Les étapes

  1. déterminer le genre de pitch que l’on souhaite produire : slogan, dramatique ou trajectoriel ? Vous pouvez essayer d’écrire les trois, mais souvent l’un des trois sera le mieux adapté (surtout entre 2 et 3, le 1 pouvant être une bonne accroche par exemple sur une banderole sur votre stand…). Pour ma part, j’ai choisi un pitch trajectoriel pour Éclosia mais dramatique pour Kassandra et Citara.
  2. Répondre aux points suivants : pourquoi ai-je écrit / aimé cette histoire ? Quel est le message le plus important que je souhaite y faire passer ?
  3. Écrire le pitch. Plusieurs versions. Garder l’essentiel à chaque fois.
  4. Le faire lire à d’autres, voir s’il leur « parle », que ce soit des personnes ayant lu l’histoire ou non. Leur demander de répondre aux questions suivantes :

est-ce que vous avez de lire le livre ?

Pourquoi oui / pourquoi non ?

Quelle est la partie qui vous a le plus « attiré » dans ce pitch ?

Qu’est-ce qui vous a déplu ?

Vos propositions ?

5. S’entraîner devant sa glace ou des interlocuteurs à le restituer. Que cela devienne naturel : pas « récité » mais pas « bafouillé » non plus.

4) Mes pitches du moment
Il ne me reste plus qu’à… vous faire vivre la rédaction de mes pitches.
Sur ce blog, vous trouverez ceux d’Éclosia et de Kassandra.
Mais celui-ci que je cherche surtout à tester, c’est celui sur Citara. En effet, pour mes récits qui mêlent légendes et voyages, je pense rester en auto-édition. Cela me permet de décider de tout et maintenant que j’ai « essuyé les plâtres » avec Éclosia, je me sens prête à proposer aussi bien sinon mieux avec Kassandra.
Alors que Citara est un bien plus gros « bébé », que je ne me sens pas de porter seule. Il est plus ambitieux (c’est une série) et nécessite une mise en page hors de mes compétences. Enfin, je souhaite pour lui une distribution bien plus importante que celle que je saurais lui procurer moi-même…
Merci de me donner vos avis sur mes « pitches », afin que je sois fin prête pour les Imaginales en mai…

Eclosia
Protagoniste = une jeune universitaire
Incident déclencheur = un voyage inattendu en Ecosse
Objectif principal = découvrir le pays
Objectif secondaire = accepter de remettre ses choix en question
Obstacle = son rationalisme et la vie moderne
Arène = une Ecosse à la fois moderne et mythique
Conflit = débat intérieur, entre l’image qu’elle veut donner d’elle même et sa véritable nature
Caractère du protagoniste = a peur de « lâcher prise »
Caractère à la fin ou qu’il doit acquérir = accepter de croire et de s’investir dans le monde des légendes

Pitch dramatique : « Suite à un voyage inopiné en Écosse, une jeune universitaire cartésienne va devoir affronter des êtres sortis tout droit des légendes celtiques si elle veut pouvoir conquérir le cœur de son mystérieux guide… et découvrir qui elle est vraiment. »
Pitch trajectoriel : « Lors d’un voyage inattendu en Écosse, une jeune universitaire cartésienne apprend à vaincre ses propres peurs pour accepter la part de merveilleux qui vit en elle. »
Pitch slogan : « Plus qu’un voyage. Une métamorphose… » (il est sur la couverture… 😉 )
Et en 4ème de couverture j’ai aussi « Et s’il suffisait d’y croire ? »

Kassandra
Protagoniste = Une jeune guide grecque
Incident déclencheur = elle découvre qu’elle est une sirène
Objectif principal = dissimuler sa nature aux humains
Objectif secondaire = trouver l’amour
Obstacle = être révélée au grand jour la tuerait + un monstre veut tuer l’homme qu’elle aime
Arène = dans la Grèce actuelle mais avec incursion des créatures mythologiques
Conflit = avouer sa véritable nature à l’homme qu’elle aime / faire confiance
Caractère du protagoniste = trop indépendante
Caractère à la fin ou qu’il doit acquérir = doit apprendre à faire confiance
Pitch dramatique : « Au coeur de la Grèce moderne, une jeune guide doit se battre contre des monstres surgis subitement de l’Antiquité, tandis qu’elle essaie par tous les moyens de cacher sa nature de sirène à l’homme qu’elle n’a jamais cessé d’aimer… et au groupe de touristes curieux qui les accompagnent. »
Pitch trajectoriel : « Au cœur de la Grèce moderne , une jeune guide grecque va devoir apprendre, si elle veut pouvoir sauver l’homme qu’elle aime des attaques de créatures sorties tout droit de l’Antiquité, à se et à lui faire confiance… ».
Pitch slogan :  « Aimer, c’est se révéler… »

Alors, qu’en pensez-vous ?

 


Article importé de mon précédent blog

 

avatar
Fichiers Photos et Images
 
 
Fichiers Audio et Vidéo
 
 
Autres types de fichiers
 
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Je souhaite suivre ce fil de commentaires