Vos retours sur « La sirène »

Une compilation de vos retours sur ma nouvelle, « La sirène » :

 

couv Musique

  • « Une fin auquel on ne s’attend pas. Des mots qui nous induisent en erreur, qui nous font nous poser des questions et une fin bien triste, mais magnifique. » Mélanie Baranger (via Facebook)

 

  • « Très belle histoire d’amour. Très touchante, même si, encore une fois, j’ai été très ému par la fin que l’on devine dès les premières lignes. » Marc ou Net

 

  • « Louis et son amour intangible. Un amour que dis-je une passion dévorante, envoûtante… Une passion menant aux extrêmes du fait de l’impossibilité de ne pas s’ouvrir aux autres donnant une sensation d’immobilisme dans sa vie. Non. Un amour vrai dont il vit pleinement afin de le faire partager à tous, mais un amour cruel quand ce dernier fugue. » Acharat

 

  • « Après avoir fini de la lire j’en ai eu des frissons. J’ai adoré autant le fond que la forme, avec l’utilisation d’un champ lexical et de métaphores musicales entre autres… Sans compter la progression crescendo de l’histoire qui fait qu’on lit de plus en plus vite pour savoir la fin.

Étant musicienne, j’ai deviné rapidement qui était la « dulcinée » du héros et me suis délectée de voir la façon astucieuse dont tu as contourné les difficultés pour ne pas la nommer. Ce tour de force m’a rappelé le roman Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie dans lequel le narrateur est aussi le meurtrier… Ici, la clef du mystère se trouve dans ton titre. Très subtil !
En tous cas, tu as aussi vraiment bien capté cet attachement exclusif et unique entre le musicien et la musique. J’ai aussi beaucoup aimé l’hommage rendu aux enseignants et leur vocation de pygmalion pour certains. (Bel hommage à ta profession !)

Ta nouvelle est vraiment de grande qualité, bravo ! J’ai adoré. » Virginie Platel

  • « Cette brève nouvelle d’une quinzaine de page est une immense déclaration d’amour qui vous prend aux tripes… Elle prend la forme d’une lettre qui constitue un récit à la première personne de la rencontre de son auteur avec son aimée. Poétique, tout en pudeur, et pourtant immensément triste. Tout passionné de musique et comprenant les liens que l’on peut former avec devrait apprécier cette nouvelle qui bien que courte nous raconte l’essentiel… Un moment de douceur qui finit par plonger dans l’obscurité et la tristesse. » Cheshire Cat sur le site « Au boudoir écarlate« 

 

  • « Ca y est !! j’ai enfin lu « La sirène »  J’ai vraiment beaucoup aimé, je l’ai lu d’une seule traite ^^ j’ai tout de suite compris qui était son fameux amour (être musicienne a sûrement aidé ) je ne m’attendais pas du tout à la chute, je me demandais pourquoi la nouvelle avait pour titre « La sirène » Je trouve que l’amour de Louis est magnifiquement exprimé, vraiment bravo » Hope Misterior

Merci d'échanger avec moi en commentant cet article

Soyez le premier à commenter

avatar
wpDiscuz